Arnauld Pontier
Littérature générale et imaginaire

L'équilibre de l'extinction : F.E.L.I.N.E. - Création

Parution : 1er avril 2018

LE QUATRIEME DE COUVERTURE

On ne sait presque rien des Meyres. Peut-être ne sont-elles qu’une légende, un mythe, l’invention de quelque prosateur, qui n’aura laissé aucune autre trace dans l’Histoire ? Ou bien l’univers, en naissant, il y a quinze milliards d’années, a décidé de les enfanter. Leur mission est de veiller à L’ÉQUILIBRE DE L’EXTINCTION.

Afin de pourchasser Lothar Milton, le Conseiller général de la Fédération, qui, en détruisant la planète Laméo, a rompu cet équilibre, elles vont prendre le contrôle du Central et créer une arme redoutable, humanoïde, la F.E.L.I.N.E. : la Force d’Élimination, de Libération et d’Intervention Nano-Équipée.


 Aller sur le site de l'éditeur/lire le 1er chapitre
 Revue de presse 

 

AMAZING STORIES
07 mai 2018

Ce roman est une préquel de F.EL.I.N.E., dont j’ai parlé l’an dernier.

Le conseiller Lothar Milton, de la Fédération, a commis un génocide préventif sur le peuple des Laméens. Cela va attirer l’attention des Meyres, des entitiés cosmiques qui se sont donné pour but de châtier les êtres qui se rendent coupables de l’extermination d’une espèce. Elles vont manipuler Central, l’intelligence artificielle qui régit la Fédération et créer la F.E.L.I.N.E., force de police spéciale composée de huit femmes androïdes.

Si le précédent roman était une focale, cette préquelle est traitée à la manière du grand angle. On prend le temps de présenter les motivations de chaque protagoniste. Et l’auteur s’avère aussi à l’aise pour maîtriser les intrigues politiques que les scènes d’action.

L’auteur multiplie les sources d’inspiration, ici nettement plus variées que dans le tome précédent. La civilisation de la Fédération évoque la Culture de Iain Banks. Et les F.E.L.I.N.E. s’avèrent assez proches de l’esprit des Green Lanterns, les Meyres jouant ici le même rôle que les Gardiens dans le comic de DC. Lothar Milton, l’adversiare de la F.EL.I.N.E. a tous les attributs du colonel Kurtz d’Apocalypse Now.

On voit que non seulement Arnauld Pontier aime la SF, mais également  qu'il a un grand amour de la culture populaire dans son ensemble.

Fabien Lyraud

 

EMAGINAROCK
09 mai 2018

 

Ce deuxième volume de F.E.L.I.N.E. n’est pas une suite, mais bien un prequel au premier ouvrage. Nous retrouvons Lothar Milton, qui a détruit toute vie sur une planète dont les habitants auraient pu, hypothétiquement, un jour, menacer la Terre. Ils avaient des pouvoirs qui pouvaient être utilisés à mauvais escient, mais encore eut-il fallu qu’ils le veuillent. Toujours est-il que pour ne pas voir leurs capacités détournées par d’autres espèces, Milton a décidé de provoquer un génocide. Mais c’est sans compter sur l’équilibre de l’extinction.

Parce qu’au début, il n’y avait rien et que rien était le tout. Puis l’univers est né, et avec lui les Meyres, forces vitales assurant la cohésion du nouveau tout. Chaque Meyre est attachée à une galaxie et veille sur l’équilibre de l’extinction. Lorsque la vie disparaît sur le moindre planétoïde, la Meyre s’assure que les causes de cette disparition sont bien naturelles, sinon elle met tout en œuvre pour rétablir l’équilibre en s’assurant que les génocidaires soient punis.

Lorsque Milton détruit Laméo, il se met à dos ces forces fondamentales de l’univers. Il va jouer de malchance, car sa demi-sœur est bien déterminée à créer un être artificiel à partir de matériaux génétiques d’origine laméenne. Ne pouvant l’atteindre directement, la Meyre décide d’investir le Central, l’intelligence artificielle qui dirige les destinées de toutes les créatures de la Fédération. Ce faisant, elle va superviser la création des répliques de la F.E.L.I.N.E. (Force d’Élimination, de Libération et d’Intervention Nano-Equipée), qui va se lancer sur la piste de Milton.

Arnauld Pontier nous livre un texte qui peut se lire indépendamment de F.E.L.I.N.E.. L’action, la sensualité, l’humour, le dépaysement sont autant d'atouts mis en avant dans ce roman. Autant nous avons, dans le premier volume, suivi une F.E.L.I.N.E., autant nous assistons à des changements de perspectives tout au long du récit.

Tout d’abord, nous sommes au niveau de Milton et de sa demi-sœur, une dimension humaine qui est totalement inhumaine par son manque d’empathie pour ses pairs. Puis, nous captons le regard des Meyres et leur sens de ce qui se veut juste dans le cadre de l’équilibre de l’extinction. Et enfin, nous suivons une F.E.L.I.N.E., pour laquelle nous n’éprouvons pas les mêmes sentiments que dans le premier volume, car le lecteur connaît maintenant sa vraie nature.

Deux notions ressortent de ce récit. Tout d’abord celle de génocide. L’humanité a pour caractéristique d’être capable de s’exterminer. Quand elle retourne cette aptitude destructrice contre d’autres espèces, notamment pour des raisons d’espace vital, il n’est plus question de génocide. Et pourtant il s’agit bien d’une éradication méthodique mise en œuvre pour la détention du pouvoir, comme dans le cadre d’un génocide.

La seconde notion est celle de l’équilibre de l’extinction. On retrouve ici les principes du yin et du yang, du masculin et du féminin, de chacun des plateaux de la balance dont les Meyres assurent ici symboliquement l’équilibre. On ne parle pas de dieux, mais de l’univers en tant qu’être suprême. D’ailleurs les galaxies ne ressemblent-elles pas parfois à la disposition des neurones dans un cerveau ? On ne peut qu’espérer que l’auteur nous propose un nouveau volume où, peut-être, la F.E.L.I.N.E. rencontrerait son créateur, trouvant ainsi un sens ultime à son existence.

Chris Duparc


 L'avis des internautes 

 

Universelicec
28 avril 2018



[...] Dès la première page, on décolle [...] La plume d'Arnauld est exigeante, comme à chaque fois, et c'est une grande qualité, que j'apprécie chez cet auteur hors du commun. C'est pourquoi j'ose la SF sous sa plume...

[...] Cette fois, dans cette épopée, la F.E.L.I.N.E.  va combattre celui qui a osé détruire la planète Laméo, Lothar Milton, le demi-frère de Kaïrma, déjà présente dans le précédent F.E.L.I.N.E [le premier tome]. Des moyens inimaginables vont être mis en œuvre... Jusqu'où peut-elle aller ?

Et les cybes, ces robots, superordinateurs, ces machines quantiques qui demandent à ressentir, à désirer... à avoir une conscience... Les questions se posent effectivement : jusqu'où peut aller la propre création de l'homme, à sa destruction ? L'auteur soulève une belle réflexion !

[...] Merci Arnauld , une très belle réussite que ce roman, une fois de plus !
    

Cécile Pierre


Facebook

J'ai achevé la lecture de "L'équilibre de l'Extinction" d'Arnauld Pontier. Comme je m'y attendais : style impeccable, personnages bien cernés, scénario limpide... en bref, la patte d'un écrivain qui maîtrise son art. Cet ouvrage est en fait la genèse de la F.E.L.I.N.E, son précédent roman chez Rivière Blanche.

L'on ne peut manquer les références multiples, concernant cette cyber-woman, qui, dans mon propre référentiel, se rapproche certainement de Radamanthe Nemes, la tueuse sans pitié de l'Eveil d'Endymion, dans le cycle d'Hypérion, le monumental ouvrage de Dan Simmons, quoique cette dernière avait très certainement moins d'atouts esthétiques... ^^
    

Dumé Antoni - 17 mai 2018

Le tout dernier roman d'Arnauld Pontier, un pur régal [...] un voyage interplanétaire, parmi des peuples, races inconnues, méconnues... de la troisième dimension... ceux que l'on ne perçoit pas [...] ils sont là, au dessus, à côté... Comme si nous étions les seuls dans ce vaste univers... Sous la plume d'Arnauld, j'ai envie d'y croire, il est d'une telle persuasion, que c'est obligé d'y croire. Alors que je ne suis pas du tout de ce monde/genre SF [...] je fais exception avec cet auteur, que j'affectionne beaucoup pour avoir lu tous ses livres.

Cécile - 28 avril 2018

[...] toujours aussi remarquable : pour moi, cela veut dire une lecture non-stop ! (et cela m'arrive très rarement !) - à la fin du n°2 j'ai repris le n°1... qui continue le n°2 !

Francis - 27 mai 2018