Arnauld Pontier
Littérature générale et imaginaire

La marelle Hopscotch (thriller)

Collection "Eclats de Lune"

Parution : 15 novembre 2019

LE QUATRIEME DE COUVERTURE

Chaque case de cette étrange marelle, que les Anglais appellent deadbox, est, dans l’esprit du personnage principal, une marche de plus vers le Ciel, un pas supplémentaire sur le chemin de la compréhension de lui-même et de ce qui a fait de lui cet être « à part », différent du commun au point que les mots manquent pour définir exactement ses contours

La Marelle Hopscotch vous convie à un déconcertant huis clos dans la tête d’un tueur en série. Sans complaisance ni tabou.

Le texte le plus noir d’Arnauld Pontier, qui a publié de nombreux romans, en littérature générale, notamment aux éditions Actes Sud, et en imaginaire, chez Rivière Blanche ou encore 1115.


Une première version de ce texte est parue dans Histoires de folie, une anthologie publiée par Lune Ecarlate en décembre 2014 (épuisée). Elle a été finaliste du prix Masterton 2014.



 Commander l'ouvrage
 La revue de presse 

 

SCIENCE FICTION MAGAZINE
12 mai 2017
 

[...] Mention spéciale pour La Marelle Hopscotch, d'Arnauld Pontier, dont les jumeaux m’ont délecté de leur univers fascinant.

Virginie Liégeon


PHENIX WEB
27 février 2015

[...]   Nous voici face à un étrange jeu : La marelle Hopscotch d’Arnauld Pontier, dont il nous fait une brève présentation en préambule de son histoire afin que nous puissions bien en cerner les tenants et aboutissants.
Nous ferons la connaissance de jumeaux en apparence absolument identiques. En apparence, seulement.
Difficile de parler de cette nouvelle sans en dévoiler de trop. Je ne peux que vous conseiller de vous pencher dessus. Il s’agit d’un texte intelligent, découpé selon le principe de la marelle, poignant, que l’auteur maîtrise à la perfection du premier au dernier mot.


 L'avis des internautes 

 

LES MILLE ET UNE PAGE LM
19 janvier 2020

Vous avez envie de rentrer dans la tête d'un tueur ? Arnauld Pontier, avec sa nouvelle, nous propose de le faire.
Tout le monde connaît le jeu de la marelle, enfant cela faisait partie des jeux auxquels l'on jouait dans la cour de récréation.
Case après case, sous forme de huis clos, le narrateur nous fait découvrir son histoire.
Plus on approche du ciel, plus les faits racontés deviennent insoutenables.
L'auteur a réussi à me faire me plonger dans cette histoire prenante, angoissante.
Avec une plume incisive, des chapitres courts, il a réussi à me captiver avec son tueur en série.

LADY LIVRE
10 décembre 2019

[...] j'ai adoré !!!!! On a ici le "journal" d'un tueur psychopathe, on entre dans la tête du personnage grâce à une écriture fluide et particulièrement bien tournée. Le vocabulaire est riche sans être pompeux pour autant, les références nombreuses et variées. Le personnage nous raconte son enfance et sa vision du monde, il justifie en quelque sorte ses actes.
Même si j'ai trouvé certains passages un peu angoissants, c'était un vrai bon moment de lecture. J'ai été happée par le récit, jusqu'au final qui m'a clairement surprise 😳
On est pas loin du coup de coeur avec cette lecture !

LES MOTS DE NANET
12 mai 2017

[...] Des jumeaux, l'un diabolique, l'autre... Avec une plume très accrocheuse, Arnauld Pontier nous embarque dans une histoire de folie ordinaire. Entre soumission et domination, ce texte dérange, percute nos consciences.

FNAC

[...]   J’ai vraiment bien aimé l’intrigue, la manière dont l’auteur a tourné les choses, la manière dont ses personnages évoluent.

Aurélie - Carnet de lecture - 24 février 2017


 Le courrier des lecteurs 

 

Qui tu es, toi qui tues ?… c'est la question que jette Arnauld Pontier sur l'échiquier d'une marelle où paradis et enfer se tutoient. Le narrateur, tueur en série, égrène ses victimes, toutes des femmes, après avoir fait ses armes sur un pauvre chat nommé Tolstoï qui s'en serait sans doute mieux tiré si son bourreau avait choisi la roulette russe !
Ici, l'acte du tueur participe du rituel, du sacré, du fétichisme. Il rejoint la tragédie antique dans son caractère inéluctable, implacable et la mort est toujours liée à l'éros. Car il y a étonnamment dans l'acte de tuer le désir de voir la proie jouir avant son repos éternel comme un ultime cadeau purificateur et salvateur. Et cette volonté du tueur de répéter son geste identique et différent, de toucher de si près la vie et la mort avec le désir de combler l'autre, est aussi celle de l'écrivain qui questionne dans chacune de ses oeuvres le mystère de l'écriture.
Qu'est-ce qui fait que quand on écrit ce n'est pas l'esprit qui guide mais la main plus rapide que l'esprit ? Quel voile arrache-t-on lorsqu'on écrit ? Qui veut-on toucher, "contenter" ?
Ecrire est certainement jouer avec l'insondable et l'invisible et chez Arnauld Pontier il se cache un crime derrière chaque mot… Et le lecteur dans tout ça ?
Il croit avoir tracé son chemin, suivi une piste crédible jusqu'à l'ultime moment où l'auteur nous rappelle que c'est lui qui ordonne, lui qui agence, lui qui commande... Alors la fin démolit tout l'édifice construit, fait vaciller le lecteur berné et le renvoie à son perpétuel questionnement d'être humain, faillible, inachevé et éphémère.
Bravo Arnauld, j'ai passé un "bon" moment à te lire.
Françoise Sage - 08 décembre 2019

[...] fabuleux texte. Vraiment, je me suis laissé emporter par ce dernier, l'immense culture qui y affleure, le thème du Döppelganger, la musique de vos mots.

Anne Ledieu - 09 octobre 2019

[...] un récit époustouflant, écrit avec brio.

Johanna Almos

[...] Au-delà du suspens (je n'avais rien vu venir !), c'est superbement écrit.

Francine S.

[...] Le texte qui m'a particulièrement plu (magistralement écrit) est La Marelle Hopscotch, d'Arnauld Pontier

Francis, Toulouse.

[...]  Excellente novella [...] Tous ces questionnements métaphysiques qui nous taraudent sont ici brillament formulés, sans pour autant ralentir l'action ou rendre l'ensemble pesant ou artificiel. Ton style est des plus soignés, classique dans le meilleur sens du terme [...] Bref, bravo : on en redemande !

Bruno Pochesci