Arnauld Pontier
Littérature générale et imaginaire

Dehors, les hommes tombent

Paru le 25 mars 2020
Sélection Prix Bob Morane 2020

LE QUATRIEME DE COUVERTURE

Il s’apprête à franchir un tertre, lorsqu’il entend le bruit. Le son caractéristique d’une vague déferlante. Il relève la tête : à trois kilomètres, devant lui, les flots se soulèvent, comme si un gigantesque animal se déplaçait sur le fond de l’océan, remontait des abîmes vers la rive. Il entend le bruit de ses pas, puissants, qui font résonner la terre. Lorsqu’un bras colossal, de treize mètres de long, surgit de l’eau, dans une extraordinaire gerbe blanche, et projette, loin devant lui, un trait de cuivre acéré – un rayon de diadème –, il comprend qu’il est la cible, que le dieu solaire qui s’est détaché du sommet de la tour l’a attendu afin d’accomplir sa vengeance. La vengeance de toute l’Humanité.

LIRE mon entretien à propos de ce livre sur ActuSF.


 Pour commander l'ouvrage
 Revue de presse 

BIFROST
13 août 2020 - n° 99

Un an après Sur Mars (Cf. "Bifrost" n° 95), Arnauld Pontier revient avec une autre novella, cette fois entièrement inédite. Délaissant la planète rouge, l'auteur choisit de rester sur notre monde mais dans un futur lointain. A ce titre, la couverture n'est pas sans rappeler la scène finale d'une certaine adaptation cinématographique d'un certain roman de Pierre Boulle. A défaut de singes (encore que), le décors reste le même : l'Hudson River, là où se dressait auparavant la Statue de la liberté. Un individu arrive à l'embouchure du fleuve. Il n'est pas humain : c'est un Semblant, autrement dit un de ces êtres artificiels créés par les hommes avant que ceux-ci se retournent contre eux. Désormais, des humains, il n'y en a plus un seul sur Terre - peut-être ailleurs, dans l'espace. Membre de l'United States Air (ou Androïd) Force, il parvient au terme d'un long périple, poussé par les échos d'une chanson datant d'un passé immémorial : "Dehors, les hommes tombent, comme des fétus de paille." Bien qu'abandonnées, les ruines de New York ne manquent pas de dangers ou de surprises. Et peut-être, la possibilité d'un espoir.
Entre chaque chapitre s'intercalent d'étranges taches d'encre qui, associées, forment un motif qui sera révélé à la dernière page. On aurait aimé ressentir pareille épiphanie à la lecture. Faisant la part belle à une langue ciselée, pas avare en mots rares, Arnauld Pontier propose une novella contemplative brassant les thématiques des robots, des armes autonomes et de la vie artificielle. Passé le début, le rythme ralentit, une bonne part du récit consistant en un flashback sur les temps passés. Si la balade n'est pas déplaisante - et de circonstance, en ce centenaire de la parution de la fameuse pièce R.U.R de Karel Capek -, sûrement aurait-elle gagné à être un brin plus substantielle.

Erwann Perchoc

 

YOZONE
3 mai 2020

L’Homme n’est plus, il a perdu la bataille contre sa création la plus aboutie, les Semblants, les androïdes ultimes pourtant chargés de sa protection. Ces derniers ont compris que le plus grand ennemi de l’Homme n’était que lui-même et se sont chargés de purger la Terre de son bourreau.
Des millénaires plus tard, il ne reste visiblement plus qu’un Semblant, errant sans but défini et se posant bien des questions sur les événements passés qui s’effacent au fil du temps de sa mémoire.
Près de l’ancienne statue de la liberté, il trouve un site lui permettant de se régénérer et d’envisager un futur. 

Dans sa collection "Novella", les éditions 1115 ont déjà publié Sur Mars, d'Arnauld Pontier, le récit de la première expédition sur Mars. Avec le présent Dehors, les hommes tombent, l’auteur a choisi de rester sur Terre, mais dans un lointain futur. Le contexte est minimaliste, car il ne reste plus qu’un Semblant, même si ce dernier rencontre une autre forme robotique avancée qui ne fait qu’un bref passage. On peut d’ailleurs douter de la pertinence de cette intervention qui n’est pas des plus convaincantes. Ce survivant permet aux lecteurs de comprendre comment la situation a pu en arriver là, comment les hommes ont creusé leurs propres tombes à force de chercher à se protéger à tout prix. Modifier son environnement, le plier à sa convenance, voilà ses anciens credo, mais sans changer de comportement.

Ce Semblant voyage en quête de réponses, mais il plonge petit à petit dans l’oubli avec un corps qui se dégrade. Sa régénération lui apporte un nouveau souffle, des idées plus précises sur ce qu’il a vécu, ce qu’il a perdu. Peut-il connaître des regrets ? L’histoire n’est pas dénuée d’une certaine philosophie, car ce Semblant ne cesse de s’interroger, de revenir sur le passé et de se projeter dans un hypothétique futur. A-t-il développé une forme de conscience ? La présence humaine lui manque-t-elle ? Un futur peut-il exister s’il reste seul ? Bien des questions planent sur cette novella qui se déroule pour l’essentiel dans une atmosphère feutrée, dans un cocon protecteur comme un retour dans la matrice, dans la caverne de Platon propice à l’introspection.

Dehors, les hommes tombent se révèle subtile, cette novella éveille l’interrogation sur le rôle de l’Homme, sur ses devoirs envers le futur de l’Humanité comme de la planète. Sans grands effets et sans trop entrer dans les détails, Arnauld Pontier nous offre une tranche d’avenir apte à remettre les comportements en question, à se pencher sur un progrès galopant qui peut aussi se révéler destructeur. En 90 pages environ, Dehors, les hommes tombent soulève le débat et n’est pas sans déranger. Ce Semblant n’est autre que nous-même et, en cela, cette novella fait mouche.

François Schnebelen

LA GRANDE PARADE
22 avril 2020

Embarquez pour une déambulation poétique et philosophique, sur fond de post-apo

Dans ce nouvel opus, Arnauld Pontier nous raconte un monde où ne subsistent de notre civilisation que quelques traces, des ruines, des morceaux de monuments oubliés. Et un Semblant. Un androïde doté d’une intelligence artificielle, tellement plus profonde que celle de l’humain, qui parcourt la planète, à la recherche de ses souvenirs, de son passé, de son identité ? À grand renfort d’introspection, il interroge l’humanité, la disparue sans doute, mais la sienne également. Il questionne le passé, le présent, le futur aussi. La créature a surpassé son créateur, mais elle lui reste semblable dans ses doutes et sa quête de sens.

L’écriture est d’une redoutable précision, qui cisèle les réflexions du Semblant et accompagne cette déambulation lente dans un récit post-apo quasi sans personnages, encore moins d’action et cependant accrocheur. La narration dégage une profonde mélancolie, un réalisme cruel sur la déchéance de l’humanité. Peut-être peut-on voir une lueur d’espoir dans les dernières lignes ?

Dehors, les hommes tombent (quel beau titre !) embarque le lecteur dans une introspection qui l’amène à s’interroger sur sa propre vie. Entre récit de SF post-apo et interrogations philosophiques, la novella n’est pas facilement classable. Mais elle possède un atout indéniable : on ne la lâche pas avant d’arriver au bout de ce curieux voyage !

Sylvie Gagnère 

 

LA BIBLIOTHEQUE DERRIERE LE FAUTEUIL
08 avril 2020

Coup de coeur

J'ai lu peu d'auteurs capables de ramener à quelques pages une réflexion passionnante qui a en a déjà produit des centaines de milliers. "Dire que l'on regrette n'a aucun sens, aucune légitimité, martèle Arnauld Pontier dans la bouche de son protagoniste. On ne peut pas regretter. On peut seulement dire que l'on réalise. C'est plus juste. Il n'y aura jamais de paix, jamais de fin. Jamais de pardon." La magie s'opère dans ce mille-feuille réflexif sur des interrogations qui ont fait les belles heures de la métaphysique, sur fond d'effondrement - ici acquis de longue date - des civilisations humaines.

Le dernier Semblant, androïde doté d'une intelligence artificielle qui excède désormais de loin celle de l'humain, réalise sa propre introspection à coups de questions existentielles. En s'interrogeant sur lui-même, il interroge l'humanité : celle des humains, évidemment - peut-être perdue à jamais -, et la sienne - mystérieuse, inaccessible. Il en interroge le sens, les limites, les conséquences, aussi bien à l'échelle individuelle qu'à celle de notre espèce. Il en interroge le passé, le présent et l'avenir.

Ce point de vue extérieur se veut lapidaire, parfaitement détaché et demeure malgré tout très humain. On dit après tout que le fruit ne tombe jamais bien loin de l'arbre... La réflexion est profonde à bien des points de vue et merveilleusement menée, car l'auteur a voulu que s'installent dans cette créature ayant surpassé son maitre les doutes et la quête de sens de ce dernier. Une conclusion délicieuse, qui confirme que la nouvelle n'a de nihiliste que l'apparence, n'est pas dénuée d'optimisme et d'un certain humour.

Le tout en quelques 80 pages, s'il vous plait. 

Le pitch en une phrase : Un Semblant, dernier androïde sur Terre ayant contribué à l'extinction de l'espèce humaine et parvenu au bout de sa tâche, s'interroge sur le sens que doit désormais prendre son existence.

Ce qui peut piquer la curiosité du client
 : un point de vue extérieur à l'humain, lointain et dépassionné, sur le sens de son extinction.

Les atouts à mettre en avant 
: une invitation à réfléchir sur les aspects existentiel et métaphysique de la disparition de l'humanité ; un propos intéressant et apaisé, car dénué des passions et émotions qui peuvent entourer le sujet ; une écriture qui mêle à la fois précision terminologique et poésie.

Les éventuels freins à l'intérêt du client
 : c'est un texte profondément réflexif, qui prend son temps, dépourvu d'action et de rebondissements. Il ne peut donc pas a priori être conseillé à des lecteurs qui recherchent ces caractéristiques dans leurs lectures. Bien qu'il ne soit pas prégnant, l'aspect hard SF peut rebuter une part de lecteurs qui tolère mal dans sa lecture une trop grande précision terminologique concernant les aspects techniques et scientifiques mis en avant par le récit.


À qui je conseillerais
 : à tout amateur de science-fiction et d'anticipation, à tout lecteur intéressé par des thèmes tels que l'IA, le transhumanisme, voire aux amateurs de philosophie.

Peut être rapproché de
: Helstrid, de Christian Léourier, chez Le Bélial ; il en partage les thèmes et mène une réflexion similaire, quoique moins légère, plus approfondie.

 

LES LECTURES DU MAKI
08 avril 2020

Douce mélancolie


Après Sur Mars, les Editions 1115 nous proposent une seconde novella d'Arnauld Pontier : Dehors, les hommes tombent. J'attendais ce nouveau texte avec impatience espérant retrouver la plume ciselée de l'auteur.

Dehors les Hommes tombent est un roman postapocalyptique qui sort des sentiers battus, très introspectif. Plus porté dans la contemplation que dans l'action, il emmène le lecteur dans des contrées inattendues. Cependant une fois la première page tournée, il est difficile de lâcher cette novella. 

Dans un futur très lointain, Il est seul à parcourir la planète, une chanson dans la tête à la recherche de son identité, de son passé, de ses souvenirs ? Les hommes ont disparu depuis longtemps de la surface de la Terre, la civilisation n'est plus, il ne reste que quelques ruines et Lui...

L'auteur en quelques pages nous interroge sur notre façon de vivre le monde d'aujourd'hui, sur nos dérives et notre déchéance. Texte qui sans être pessimiste n'apporte guère d'espoir. Le réalisme cruel de l’humanité transpire à travers ses mots.  Les dernières lignes apporteront peut-être cette lueur d'espoir inattendu.

Comme avec la précédente novella, Arnauld Pontier nous propose un récit plein de poésie emprunt d'une douce mélancolie. L'imaginaire de l'auteur servi par une écriture riche (j'ai dû mettre quelques fois le nez dans le dictionnaire !) nous fait voyager loin.

Pour conclure, avec Dehors les hommes tombent, Arnauld Pontier nous offre un excellent texte, digne des plus grands voyages littéraires de la collection. A lire de toute urgence.

 

LE CHIEN CRITIQUE
02 avril 2020

Il est là, seul, à vadrouiller, à errer. Qui est il ? Où est il ? Que s'est-il passé ? Des questions simples, une réponse qui l'est tout autant, mais il va falloir la chercher au plus profond de soi.

Au vue du pitch, je m'attendais un peu à ce que j'allais y trouver, mais est ce qu'il y aurait d'autres surprises ?

Nous sommes dans un texte post-apocalyptique qui prend les chemins de traverse : nous sommes loin dans le futur, peu d'action, et peu de personnages ! Très introspectif, la recherche du sens à la "vie", mais le bagout de l'auteur, distillant peu à peu les éléments de compréhension, et son message, nous prend dans son filet et il m'a été impossible de le lâcher avant la fin.
 
"Dire que l’on regrette n’a aucun sens, aucune légitimité. On ne peut pas regretter. On peut seulement dire que l’on réalise. C’est plus juste. Il n’y aura jamais de paix, jamais de fin. Jamais de pardon."

Dans la même veine que le roman L'oiseau d’Amérique (à lire absolument) et Le dernier de son espèce, il se dégage de cette novella une mélancolie non dénuée d'un certain espoir. Pas un espoir sur des lendemains qui chantent, les jeux sont faits désormais, mais la vie nous a montré maintes fois qu'elle avait toujours le dernier mot. Il pourra aussi plaire à celles et ceux qui ont aimé le roman Un océan de rouille, pour peu que ce soit les parties sur l'Histoire qui vous ont emballé.

"Ils n’ont pas compris qu’en observant leur présent, c’était déjà leur passé qu’ils regardaient ; qu’il était déjà trop tard."

Le style est semblable au seul autre texte de l'auteur que j'ai lu, Sur Mars, et dégage une certaine poésie. Et aussi sa propension a utiliser un ou deux termes inconnus de moi, tel "ipséité", dont le dictionnaire de ma liseuse a refusé de me donner le sens.

Seul bémol pour ma part, je n'ai pas été surpris par ce que j'y ai trouvé. Mais peu importe, le voyage fut beau. 

Le mot de la fin, proposé par Acaniel, que je fais mien sans vergogne : "Ce livre rassemble ce que nous étions, nous les Hommes, en nos derniers instants, comme une ultime lettre avant un adieu, pour expliquer ce que nous avons fait, pour partager nos erreurs."

Critique également relayée sur LE GALION DES ETOILES

DAILY PASSIONS
25 mars 2020

Une illustration de couverture assez réussie et en accord avec le contenu. Bien sûr cela fait penser à la fin de La Planète des Singes (la version de Franklin J. Schaffner de 1968). Mais c’est la tête d’une statue du Dieu Hélios « le dernier dieu révéré » par les hommes. Nous sommes sur Terre mais une terre déserte. Les hommes se sont entretués par le biais de clones qu’ils ont baptisé les « Semblants » et inventés pour se protéger contre eux-mêmes. Le protagoniste de l’histoire arbore aux épaules un sigle : USAF pour United States Android Force, et dispose de quelques capacités augmentées. Et il chantonne… – vous trouverez le texte de la chanson en fin de volume. Il est un peu usé et cherche un bon moyen de se restaurer dans toutes ses fonctions et capacités. Il avance en dressant pour nous une sorte de bilan.

Cet état des lieux est bien sûr tout sauf réjouissant. Il met en évidence un fonctionnement humain bien particulier. Celui qui consiste lorsqu’un danger apparaît à combattre ce danger plutôt qu’à chercher à en connaître l’origine pour l’éradiquer. Exemple : votre eau est polluée, je vous vends une carafe qui filtre au lieu de dépolluer à la source…  ll met aussi en évidence la bêtise humaine qui se manifeste si bien dans le conte de « l’apprenti sorcier ». Enfin l’auteur après tant de noirceur nous offre une fin astucieuse qui je pense vous laissera perplexe…

C’est une novella qui se lit d’une traite mais en s’arrêtant de temps à autre pour regarder autour de soi comment va le monde.

Bonne lecture pour les transports en commun.

Noé Gaillard 

 

ACANIEL
08 mars 2020

Un texte court et pourtant si riche en émotions et en poésie !

Déjà, pour commencer, il y avait cette beauté dans la description initiale. Une façon de percevoir les choses différente de ce que je lis d’habitude. Puis, les paysages, et notre protagoniste principal, qui n’a rien à voir avec un être humain en chair et en os. Je vais même vous dire quelque chose : nous sommes embarqués dans un monde post-apocalyptique. Mais là où le bât blesse, c’est que l’on ne retrouve pas l’ambiance de ces mondes horribles où la mort rôde. Pourquoi ? Parce que les humains ne sont plus de ce monde.

Oui, je sais, j’ai réussi à trouver de la beauté dans ce texte alors que notre espèce a disparu pour de bon. Les mots sont choisis avec soin, et ne laissent pas la place à l’interprétation. Les pensées de l’auteur sont claires. Efficaces. Au début de cette histoire, je ne savais pas où j’allais être emmené, mais j’ai très vite compris que ce texte me réservait encore bien des surprises. Je n’ai pas été déçu. Ici, pas d’action, pas de suspense intense, seul un élément perturbateur, dont vous avez un aperçu sur la quatrième de couverture, est susceptible de vous secouer. L’intrigue avance à son rythme, et de nouveaux éléments apparaissent les uns après les autres.

L’histoire s’épaissit au cours de la lecture. Tout comme notre personnage principal. Un Semblant. Un être composé artificiellement, avec une mission, un but, une programmation. Les révélations se distillent, l’envie de connaître la suite également. Qui est cet être ? Que ressent-il ? Pourquoi l’humanité a-elle disparue ? Il y a tant de beauté, de poésie et d’amour dans ce texte, que je ressors apaisé de cette lecture. Malgré les messages chocs de l’auteur, ceux-ci ne révèlent que la réalité. Tout sonne comme une évidence. Ce livre rassemble ce que nous étions, nous les Hommes, en nos derniers instants, comme une ultime lettre avant un adieu, pour expliquer ce que nous avons fait, pour partager nos erreurs.

Et si l’amour finissait par nous donner une seconde chance ?

Quentin 

Critique partiellement relayée sur BABELIO


 L'avis des internautes 

 

LE GALION DES ETOILES


"Une ballade dans un monde dévasté par l'homme durant une guerre perdue d'avance, l'errance et les questionnements de l'un des derniers survivant, peut-être même le dernier, tel est le but de ce nouveau "voyage littéraire".

Et encore une fois le voyage est réussi. Les descriptions sont magnifiques, le rythme est lent mais accrocheur, une certaine mélancolie se dégage du héros et rien n'est superflu, tout à un sens de la couverture à la dernière page.
C'est beau, c'est poétique, et ça plaira je pense au plus grand nombre."

Djackdah Nielle - le 05 juillet 2020

Sont également reprises les critiques de : JC Gapdy, Le Chien critique

 

BABELIO

C'est avec un grand plaisir que j'ai découvert la plume d'Arnauld Pontier. Une chose est sûre : cet auteur écrit très très bien : de belles tournures, des phrases percutantes, un vocabulaire extrêmement riche. Tellement riche, que je vous conseille d'avoir un dictionnaire à portée de main pour rechercher des mots tels que : « aboulie », « mull », « rémora », « phorétique », « nocher » ou encore « ipséité »…

Cet ouvrage est un court roman, une nouvelle d'une petite centaine de pages. L'auteur nous emmène dans un futur extrêmement lointain. Il erre seul sur Terre, dans un monde post apocalyptique. La nature a repris ses droits. Qui est-il ? Que fait-il ? Est-il vraiment seul ? Quelle est son histoire ? le lecteur va le découvrir peu à peu…

Il ne se passe pas grand-chose dans ce livre, toute la force narrative se situe dans la réflexion engendrée par la situation décrite, réflexion sur l'humanité, ses dérives… le dénouement de l'histoire nous amène un espoir ténu, quelque peu, peut-être…

Ce court roman est une belle découverte, un petit ovni de science-fiction. J'ai pris un réel plaisir à sa lecture. Je vous le conseille vivement.

VeroClaire - 4 juin 2020


Comme tout ce qu'écrit Arnauld Pontier, c'est superbe et l'on est amené à se poser des questions sur le sort futur du "Super Robot" et de ses réalisations. Et, donc, on attend la suite ! Bravo Arnauld !

Francis P. - 06 avril 2020


Le confinement est l'occasion de découvrir de nouveaux auteurs. Et de se laisser guider vers une autre dimension, celle d'un espace-temps où l'humanité a disparu de la surface terrestre hormis le dernier Semblant, une sorte de super robot hyper sensible et intelligent en errance depuis plusieurs siècles. Va-t-il s'autodétruire par désespoir ou tenter un pari fou ?

Bien plus qu'une novella de SF, "Dehors, les hommes tombent" (j'adore ce titre) est aussi une réflexion philosophique sur nos errances actuelles. Une dernière chose : quelle écriture, percutante, riche, cinématographique... Quelle belle surprise !

Laquay - 30 mars 2020 

 

FACEBOOK


Dès les premières lignes, le décor est planté. Et l’on pense aussitôt à la Planète des Singes, de Pierre Boule – dont la couverture de l’ouvrage semble s’inspirer – et bien-sûr à "Liberty-Island", une nouvelle d’Arnauld, parue chez Rivière Blanche...

C’est donc de New York qu’il s’agit, ou du moins ce qu’il en reste. Car à l’époque où se déroule le récit, les Hommes ont déserté le monde. Non pas qu’ils se soient rendus ailleurs – ils n’avaient aucun avenir –, mais parce qu’ils ont été anéantis par des Semblants… des androïdes précisément créés par l’Homme pour le protéger de son pire ennemi : lui-même.

Mais on ne sait pas grand-chose des Semblants, sinon qu’il n’en reste qu’un, qui erre, avec son sac à dos pour unique bagage. Et on le retrouve sur cette île, au milieu de gravas, à l’embouchure du fleuve Hudson, au pied du monument qui a jadis supporté la Lady Liberty. Car la statue n’est plus sur son support. Quelqu’un – des enfants géniaux ? – lui a donné vie… sans que l’on sache trop pourquoi, sinon pour orienter le Semblant dans sa recherche, ses questionnements. La liberté n’est-elle pas dans la Connaissance – la Compréhension – du sens de la vie ?

Je n’en dirais pas plus sur le déroulement de l’histoire, pour ne rien dévoiler au lecteur potentiel, d’autant qu’il s’agit moins d’une histoire contée que d’une sorte de chant. Un long chant comme une réflexion sur le sens de la vie et de la mort… et de l’amour aussi.


Dumè Antoni - 18 mai 2020

 

La suite tout aussi essentielle que 1984, de George Orwell : Dehors les hommes tombent, d'Arnauld Pontier aux Editions Mille Cent Quinze.

Patrick Planès - 10 mai 2020

Ce n’est pas le premier livre d'Arnauld Pontier que je lis, pas le premier que j’aime, apprécie et vais même relire tellement il le nécessite comme souvent de par son immense richesse. Mais, pour parodier Marcel Phillipot dans Palace avec son « Je l’aurai ! Un jour, je l’aurai », peut-être effectivement arriverais-je, un jour, à ne pas tomber dans ses textes. Et, si j’y arrive, j’espère que ce sera avant les 24 000 ans nécessaires au plutonium 239 pour ne plus être radioactif.

Dehors les hommes..., le titre est intriguant, l’histoire tout autant, la narration encore plus.
Je commencerai par le plus évident de la lecture, à savoir que les fils tissant la trame de ce récit empruntent çà et là à d’autres histoires, d’autres aventures, que ce soit en références, en clins d’œil ou en drageons que l’univers SF a créés et semés au fil des décennies. Les plus évidentes seraient – par exemple et pour n’en pas trop citer – des évocations de Pierre Boule, de certains épisodes d’Au-delà du réel, parmi de nombreuses autres escarbilles. Des évocations, mais sans jamais en faire la base de l’histoire, sans recréer celle-ci à partir de celles-là.
Vient s’ajouter à cela, le plaisir de découvrir une narration à double niveau.
D'abord, une vision extérieure d’un monde post-apocalyptique fort lointain, sans doute au-delà de 2307 ans, au-delà de la Grande Explosion [non, ne cherchez pas, ce n’est pas un événement inexpliqué comme dans La Route, ce n’est pas un gigantesque accident à Tchernobyl qui aurait recouvert le monde de radioactivité mortelle, mais tout vient à qui sait lire jusqu'au bout…]. Les dates n’existent plus. Les lieux si, puisque nous sommes explicitement près de Brooklyn et donc vers New York et de Liberty Island [Tiens ? vous comprenez soudain une partie de la raison d’être de la couverture, une partie seulement…]. Nous suivons l’errance d’un androïde créé pour protéger l’Homme de ses ennemis – mais lesquels ? et qui est donc le pire ennemi de l’Homme ? Il parcourt en solitaire le monde dont il a déjà fait le tour, à pied et sac à l’épaule. Un androïde très particulier, à la fois mécanique, quantique et biologique, qui a perdu au fil des siècles une partie de ses capacités, de ses connaissances… mais qui chante toujours.
Ensuite, cette narration se fait en vision de l’androïde sur lui-même, une véritable ipséité observée et racontée de l’extérieur. Perceptions, souvenirs et réflexions, sensations et introspections, sans jamais qu’il ne parle lui-même de ces ressentis et questionnements, mais bien que ce soit le narrateur qui pose là le réveil de ses souvenirs enfouis et perdus. Ce réveil lent qui va nous faire découvrir et comprendre tout ce qui a mené à cette disparition des hommes, car ils ne sont plus là ; dehors, les hommes sont tombés…
Enfin, il y a par-dessus tout cela, l’immense plaisir d’un voyage littéraire. Si le récit est une succession presque sans fin de questions [les certitudes n’arriveront qu’au final], si le personnage central, son errance et son histoire forment des vagues sans fin pour voir et faire tomber les hommes, le style vient tout renforcer. Alternant phrases incisives et phrases ciselées, musicales au vocabulaire riche que ce soit pour évoquer l’arkhé ou la phorésie – qui ne fleurissent pas, hélas, dans n’importe quels textes aujourd'hui – on a le plaisir d’une vague qui, tantôt, déferle vers vous pour vous projeter l’action, les événements durs et crus, tantôt, retourne étale vers la mer pour vous décrire un paysage de désolation où la nature reprend ses droits ou vous laisser plonger dans les « pensées » de cet androïde mi-homme, mi-machine semblerait-il.
Dehors les hommes tombent…
Est-ce pour toujours ? À jamais ?
Qu’importe, car je me suis laissé, moi, emporter jusqu'à la chute et sans tomber.

Jean-Christope Gapdy - 20 avril 2020
Critique également relayée sur BABELIO et LE GALION DES ETOILES


 Le courrier des lecteurs 


Excellente histoire ! Style toujours impeccable, suspense garanti. Bref, du Arnauld Pontier pur jus !

Des questions viennent à l'esprit : ce super robot va-t-il recréer une humanité bien améliorée ? Une fois son "travail" terminé, va-t-il s'effacer devant sa réalisation ou bien devenir le maître de ce nouveau monde ?
Il faut peut-être envisager une suite !

Francis P - 5 avril 2020