Arnauld Pontier
Littérature générale et imaginaire

Pour enfants

 POUR ENFANTS 

 

LES PETITS VERS (poèmes, Lo Païs d'Enfance/Editions du Rocher, 2005) - illustrations d'Anne Buguet

LA LEGENDE DU JARDIN JAPONAIS (conte, Albin Michel, 2003) - illustrations de François Place

NICOLAS CONTRE LA REINE DE SERKLE - illustrations d'Anne Buguet A paraître


 POEMES POUR ENFANTS -- Les Petits Vers 
POEMES POUR ENFANTS -- Les Petits Vers
© Editions du Rocher
Illustrations d'Anne Buguet



Les petits vers vont par paires

Comme les deux bosses du chameau – pas du dromadaire !

Par trois comme les mousquetaires

Par quatre comme les directions de l’air

Par cinq comme les continents sur les mers

Par six comme les saucissons-secs-à-six-sous de grand-mère

Par sept comme les Merveilles de la Terre

Par huit, neuf, dix… par milliers dans l’univers

Les petits vers

Ne sont jamais solitaires

Et ça c’est un mystère

 

Les poèmes du recueil : Les petits vers - Cafard trouillard - Cheval de mer - Lapin pas malin - Deux pieuvres - Drôle de zèbre - Caméléon polisson - Kangourou fiérot - Koala en boa - Le dromadaire et le chameau - Le morse - Le petit ours - Le roi lion - L'escargot - Les castors - Madame taupe - Monsieur pou - Prosper le loup - Pauvre requin - Petit crocodile - L'ornithorynque - Petite mouche - Rat pacha - Le crapaud et la gargouille - Mille pattes.


 Revue de presse les Petits Vers 

 

SITARTMAG
Janvier 2006

L’apologue amusant

[...] Autre poète, autre style. Arnauld Pontier, lui, investit avec énergie l’univers de la fable animalière et propose un charmant éventail de textes en rimes qui jouent avec bonheur sur les assonances et autres allitérations que nous offre la langue ; il propose un regard différent sur quelques animaux familiers ou exotiques : en exploitant les clichés et le symbolisme auxquels on associe généralement le zèbre, le mille-pattes ou le pou, et en les détournant ou en les modifiant légèrement.

Le résultat est cocasse et astucieux, comme dans Le dromadaire et le chameau, une brève histoire de fraternité, ou dans Le morse (qui « vient d’envoyer un message codé » sans se douter qu’un danger se prépare). De nombreuses saynètes mettent en scène les petits des animaux (Drôle de zèbre, Petit crocodile) et l'on rencontre ailleurs des personnages fanfarons ou bourrés d’autres défauts (Kangourou fiérot, Les castors, Le roi lion), comme on en voit dans les fables traditionnelles ; on trouvera là aussi de la tendresse pour les plus petits (Le petit ours, ou Cafard Trouillard). Inutile d’y chercher d’édifiantes leçons de morales – l’idée consiste ici à divertir et à inciter à lire et/ou à dire, pour que soit jouée la musique des mots.

Blandine Longre

PAGE

Avril 2005 - n° 95

 

 

ENFANCE EN POESIE

 
[…] Puisqu’on en est à célébrer l’originalité, il faut aussi souligner la créativité des éditions Lo Païs d’Enfance/Le Rocher, qui ne se contentent pas de nous donner à lire une anthologie, mais qui nous proposent Les Petits Vers, un bestiaire fort sympathique assorti de nombreux jeux de mots, et enrichi par les jolies illustrations d’Anne Buguet. […]

 

PSYCHOLOGIES MAGAZINE
Mai 2005


Avec Les Petits Vers [...], la collection Lo Païs d’enfance s’enrichit [...]. De la véritable poésie, taillée à la dimension des enfants, qui met ainsi à leur portée ce style littéraire trop souvent oublié, dans des ouvrages finement illustrés et imprimés sur du papier de qualité.  A découvrir.

 

 

 LE MONDE

Vendredi 27 mai 2005

ZOOM  - Les Petis Vers

Philippe Jean Catinchi

 

Petit bestiaire entre le facétieux et l'incongru, où Arnauld Pontier, romancier prometteur, joue des mots et des clichés. Des fables légères comme autant de comptines pour le primaire.


Critique également parue le 2 juillet 2005 dans LE TEMPS (Suisse)


 

BIBLIOTECA

Mai 2005

 

Des textes gais, pour découvrir les animaux coquins et malins.



LIBERATION
16 mai 2005

[...] A partir de 6 ans. Les Petits Vers (par Arnauld Pontier, illustr. Anne Buguet) est pour vous. Il n'y a pas que ces deux pieuvres, mais aussi le cafard trouillard, le caméléon polisson, le kangourou fiérot, etc. Les petits vers ne sont jamais solitaires. Et ça c'est un mystère.


VIRGULE

N° 20- Juin 2005

"L'Escargot fait le gros dos/Il est coincé dans sa coquille/Victime d'un terrible lumbago/Qui l'entortille..." Heureusement, l'escargot a des amis : tour à tour, la limace, la chenille et puis l'anguille vont se relayer pour tenter de le tirer d'affaire. Ces petits poèmes, en forme d'historiettes, sont une véritable arche de Noé : on y rencontre toutes les espèces d'animaux, comme le lion, le requin, la taupe, l'éléphant indien, l'ornithorynque, le koala ou le castor.

L'avis de Hiatus

"Des petites fables délicieuses pour les plus jeunes comme les moins jeunes. Le fil de ces historiettes est toujours poétique : le glissement de sens, les jeux de mots détournent le récit vers des issues inattendues."

L'avis de Lucille, 14 ans

"Ce livre de poèmes animaliers contant les périples de la mouche ayant oublié ses babouches, du requin s'étant caché dans l'eau du bain, du lapin pas très malin ou encore de ces petits vers pas vraiment solitaires, se lit avec bonheur et facilité. Une mise en page recherchée le rend d'autant plus agréable."

 

INTERCDI - Cahier des livres

N° 95 - Mai/juin 2005

Une araignée maquillée avec des talons aiguilles met un 'fil à la patte' à un cafard trouillard car elle s’ennuie et est en manque d’amis. Arnauld Pontier est un virtuose des dialogues de bêtes qui expriment leurs rapports de force. Vous ferez la connaissance du cheval de mer, « cheval de guerre », de la pieuvre amoureuse, du drôle de zèbre toujours en pyjama, du petit caméléon polisson, du petit ours qui veut décrocher la Grande Ourse pour sa maman, de l’escargot qui fait le gros dos, de madame taupe qui remonte des entrailles de la terre un tibia de dinosaure pour Médor, de la petite mouche en babouches…

Anne Buguet utilise dans ses dessins des morceaux de journaux français, arabes, chinois. Un recueil vraiment très réussi, plein d’allant et d’humour à la fois dans les textes et les illustrations.

O.B.

 

CITROUILLE 

Mai 2005

La chronique d’épi de Seigle

Un bestiaire d’histoirettes. On peut prendre plaisir à lire à quelques enfants l’histoire du petit zèbre qui se demande pourquoi on est toujours en pyjama, du lapin qui vient de voler un brin / de persil à son voisin, de l’escargot coincé dans sa coquille, etc. On peut. On peut aussi préférer le bestiaire de Françoise Armengaud. - J.F.


METRO

N° 755 - jeudi 16 juin 2005

Cafard apeuré par l’araignée, requin caché dans l’eau du bain, escargot coincé dans sa coquille… Pour initier les petits à la poésie, Arnauld Pontier a choisi de raconter de drôles d’aventures d’animaux. Un concept rigolo et des récits attendrissants mis en image par Anne Buguet.

Aurélie Sarrot


RICOCHET JEUNES
Novembre 2005

Loup, taupe ou crocodile, un recueil de poésies animalières, en forme de fable. Arnaud Pontier donne, au début du volume, une petite formulette qui donne tout à la fois le titre du recueil et la tonalité de l'ouvrage. Entre poésie libre, effet comique et jeux sur les mots, des petites situations facile à lire.

Mais aussi...

L'HEBDO DES NOTES


 L'avis des internautes - Les Petits Vers 

 

LIVRJEUN
Juin 2012


Qu'est-ce donc que ces petits vers ? Des asticots ? Nooon, ce sont des poèmes extraordinaires parce qu'extraordinairement drôles et bien écrits.

La facilité avec laquelle Arnauld Pontier tremple sa plume dans les règles de la versification pour en faire sortir un lapin, un éléphant, un zèbre ou hippocampe est fascinante. Toutes ces braves bêtes vivent des aventures rocambolesques et l'on rit, cligne des yeux, s'émoustille en se félicitant d'avoir découvert des fables de La Fontaine en plus drôle ! - Oui, oui, oui, vous avez bien entendu les enfants. Entre l'escargots coincé par un lumbago, le requin qui prend un bain, le petit crocodile qui ne veut pas finir son assiette, l'araignée qui se cherche un ami... Presque toute l'Arche de Noé y passe. J'aurais adoré apprendre ces poèmes à l'école.

Les illustrations monochromes d'Anne Buguet ne sont pas en reste. Là aussi, les vieilles gravures des fables de La Fontaine se sont fait faire un relooking. Sur fonds de journaux en anglais, en japonais, en arabe...se détachent les contours noir et blanc de petit zèbre en pyjama, de la mouche qui prend sa douche et tous les autres.

Coline Petit

 

PASSION DU LIVRE.COM
Le message de l'auteur, du 5 mai 2005


Il y a dans l'univers, tu sais, des milliers de petites et de grosses bêtes. Il y a celles que l'on aime (enfin, presque toujours) : les ours, les zèbres, les kangourous ; il y a celles aussi qui nous font peur : les requins, les araignées, les poux... Et enfin celles que l'on ne connaît pas : les ornithorynques, les koalas, les chevaux de mers... Moi, j'ai voulu parler de toutes ces bêtes, dire que le loup n'est pas forcément méchant, le lion pas forcément courageux, le lapin pas forcément gentil. J'ai voulu aussi raconter, à travers l'histoire de ces petites et grosses bestioles des aventures qui pourraient bien être, parfois, celles des enfants ou des adultes que nous sommes, comme l'histoire de ce rat d'un émirat qui voudrait mettre un voile sur le museau de sa souris... Bref, ce sont de petits poèmes qui racontent chacun une histoire, toujours amusante même quand elle est, au fond, terrible : je pense au pauvre requin qui attendait sa proie dans une baignoire... mais bon, je ne te dis pas la suite : tu liras !

 
Et si je devais ajouter quelque chose encore, je te dirais : tu verras, les dessins d'Anne Buguet qui illustrent ces poèmes, sont ravissants !


CHOISIR UN LIVRE.COM
Septembre 2007

Le titre de ce recueil qui joue sur l'homonymie du mot vers résume à lui tout seul l'ouvrage. Les petits vers, ce sont ces petites bêtes qui grouillent "par milliers dans l'Univers" et que les enfants observent avec curiosité. Ce sont aussi ces petits poèmes sans prétention, amusants et bien écrits qui composent le recueil.

Chacun raconte une histoire facile à lire, à comprendre, à apprendre grâce aux répétitions ou aux assonances : les animaux, comme dans les fables, prennent la parole, agissent, se disputent, ont des sentiments... Les illustrations font preuve d'une recherche esthétique qui utilise différentes calligraphies. On peut regretter cependant qu'elles soient toutes en noir et blanc, hormis celle de la couverture

Li.

Egalement repris sur AMAZON.FR

L'AGORA DES LIVRES
28 avril 2006

PARFUM DE LIVRES... PARFUMS D'AILLEURS

Avril 2006

Un petit livre de poésies ayant pour thème les animaux, c'est plein de fraicheur et d'humour aussi. Pour qui à lu du Arnauld Pontier, ce livret ne ressemble pas du tout à son coté 'sombre', bien au contraire et c'est tant mieux. Une personnalité cachée chez cet auteur que j'apprécie beaucoup :) 


 CONTE POUR ENFANTS -- La Légende du jardin japonais 
CONTE POUR ENFANTS -- La Légende du jardin japonais
© Albin-Michel.
Illustrations de François Place


LE QUATRIEME DE COUVERTURE

Senhimé, fille unique d'un redoutable samouraï, tombe amoureuse d'un jeune poéte. Elle est triste et ne s'égaye que lorsqu'elle entend le chant de son bien-aimé.
Quand le samouraï découvre que l'amour est cause des tourments de sa fille, il devient fou de rage...

Une légende imaginée par l'auteur sur l'origine des petits jardins japonais. Illustrée par François Place.


VOIR ET LIRE LA PREMIERE DOUBLE PAGE

Senhime is the daughter of a Samourai. Her mother died bringing Senhime to life and as an only child, she is the apple of Samourai’s eyes. Senhime spends a lot of time in her lovely garden and she falls in love with a young poet Takahisa. She delights at hearing him singing when he walks by her garden. But Samourai wants to keep his daughter at home, for himself. Jealous, he decides to kill the poet. When he comes back home after his horrid crime, it is to find Senhime dead, fallen on the little bridge of the lovely garden.

The father cries for a long time and decides to find death fighting at war. He takes with him some pebbles and plants in a clay pot, decorating it with a small statue and a bridge.
As a punishement for killing Takahisa and unintentionally sweet Senhime, the gods don’t accept to let him die. As the soldiers see him always victorious, they think that the little pot with the miniature garden is a talisman.
And decide to grow their own to have good luck.

Un résumé en anglais fait par Aggie. Merci !


 Revue de presse La Légende du jardin japonais 

 

LE MONDE
29 août 2003

La Légende du jardin japonais

 

Philippe-Jean Catinchi

 Pour sa première incursion en Jeunesse, le directeur [des éditions] de Paris-Musées, romancier par ailleurs, a imaginé une origine cruelle aux jardins japonais miniatures. Un amour interdit par un terrible samouraï, jaloux de l'affection que se portent sa fille Senhimé et un jeune poète au chant irrésistible, dit en une cinglante ellipse le prix douloureux du sacrifice. La finesse du trait de François Place sert à la perfection cette fable aussi dure qu'élégante. 

 

 

LIRE

Octobre 2003

 

Sylvaine Olive

Dans chaque maison japonaise, on trouve un pot de céramique garni de plantes grasses et de cailloux, un jardin miniature où trône auprès d’un pont une statuette de femme en kimono. Autour de cet objet, porte-bonheur énigmatique, l’auteur a inventé de toutes pièces une légende, l’histoire d’un amour outragé, d’un samouraï perclus de remords, d’une jeune morte… Une légende si jolie qu’on la croirait authentique.

 

 

RICOCHET-JEUNES

 

Cécile Dorigny

La collection 'Petits contes de sagesse' nous propose une légende imaginée par Arnauld Pontier sur l'origine des jardins japonais. Senhimé est la fille unique d'un redoutable 'daïmyo', maître des samouraïs. Lorsqu'elle tombe amoureuse d'un poète, son père, fou de colère et de jalousie, tue le jeune homme. De retour chez lui, il trouve sa fille sans vie, comme changée en statue. Ayant perdu toute raison de vivre, le daïmyo part en guerre, emportant partout avec lui un pot de terre cuite contenant un jardin miniature orné d'une statuette. Aujourd'hui, au Japon, on dit que ces petits jardins que l'on trouve dans presque tous les foyers portent bonheur. Le texte a la simplicité des contes classiques, il est illustré avec beaucoup d'élégance par les aquarelles de François Place.

 

 

PARIS FRIMOUSSE

Novembre 2003


Jeanne Robillard

Quand la fille d’un samouraï  tombe amoureuse d’un poète… La précision et les détails des illustrations de François Place transportent l’imagination dans la délicatesse des couleurs et ses aquarelles évocatrices font voyager le lecteur dans l’aventure et l’amour.

 

NOUS VOULONS LIRE

Été 2003


D.E. 

« Légende imaginée par l’auteur », nous dit la quatrième de couverture, « sur l’origine des petits jardins japonais », histoire d’amour d’une jeune Japonaise pour un poète qu’elle entrevoyait de temps à autre et qui fut tué par son père, maître des samouraïs. La figurine japonaise qui figure sur le pont des jardins japonais est l’image de Senhimé qui accompagnait son père dans les batailles et le protégeait de la mort.

 

L’écriture, simple, sans fioritures, est merveilleusement accompagnée des délicates aquarelles de François Place qui, à travers la richesse des détails, fait vivre le calme poétique des jardins japonais.


 

OUEST FRANCE

15 août 2003

 

Dans la collection « Petits contes de la sagesse », Arnauld Pontier signe un très beau récit, très joliment illustré par François Place. Une histoire d’amour ou de mort pour imaginer l’origine de ces petits jardins porte-bonheur.

 

CRITIQUES-LIRE JEUNESSE


H.B.

Quelle ravissante histoire que le récit de cette légende japonaise, écrite avec soin, pleine de poésie et de tendresse. On ne peut que tomber sous le charme et verser une larme à la fin. Le texte est écrit avec talent, ce qui rend la lecture à haute voix plaisante, comme la lecture silencieuse. De plus il faut souligner la beauté des illustrations de François Place qui encore une fois nous offre un petit chef d’œuvre. Un superbe petit album à la couverture épaisse permettant de l’emporter partout avec soi.


SITARTMAG
M.F.
Il y a très longtemps, « par égoïsme », un puissant seigneur perdit sa fille, une jolie princesse dont le cœur avait battu très fort pour un jeune étudiant. Parti pour la guerre, décidé à mourir, le samouraï sortait pourtant toujours indemne des combats. Un petit pot de terre cuite ne le quittait jamais et semblait agir en talisman…

Avec cette légende qui parle d’amours, l’un pur et éternel, l’autre passionné et perdu, Arnauld Pontier invente l’origine des jardins miniatures, ornés d’une élégante statuette, « porte-bonheur » des maisons japonaises. Les illustrations de François Place rappellent les estampes traditionnelles et leurs couleurs atténuent les souffrances qui émanent de ce beau « conte de sagesse »…


COMPTINES
Juillet 2005

Il y a très lontemps, dans l’ancien Japon, la jeune et jolie Senhimé, orpheline de mère, affronta la colère jalouse de son père, un redoutable maître des samouraïs. Amoureuse, Senhimé vivait au rythme de ses rencontres avec Takahisa, apprenti poète et chanteur de talent. Les jeunes gens se parlaient peu mais échangeaient, derrière une haie d’aubépines blanches, des chants qui déplurent fortement au père guerrier, lequel s’empressa de tuer son « rival ». La suite de l’histoire nous conte ce qu’il advint de Senhimé, comment le père affronta les terribles conséquences de son égoïsme et comment il « découvrit » le jardin japonais et son pouvoir protecteur…

Nous apprenons ainsi comme sont nés les petits jardins miniatures, que l’on peut voir aujourd’hui dans beaucoup de maisons japonaises. Contenus dans des pots de terre cuite garnis de gravier, de plantes grasses ou d’un bonzaï et d’une petite figurine, ces délicats objets porteraient bonheur. Quant à la légende de leur naissance… Elle a été inventée de toutes pièces par Arnauld Pontier (avec le concours bienveillant de François Place aux images) ! Et c’est une jolie vraie-fausse légende que nous content ces deux auteurs amoureux du Japon. Dans cette histoire, il est question d’amour et de mort, de poésie et d’éternité : violence et délicatesse s’y côtoient, comme dans bien des contes japonais. Elle est  illustrée avec bonheur, dans le même esprit de référence/révérence à la tradition iconographique japonaise.

Corinne Chiaradia

UN OUVRAGE SELECTIONNE LORS DE LA FETE DU CONTE (mars 2007)


 L'avis des internautes - La légende du jardin japonais 

 

Cap ! ô capes doc
Novembre 2015

Voici un petit texte court et simple, sous forme de conte, merveilleusement illustré par François Place [...]. C'est plein de poésie et de tendresse.


LIVRJEUN

Dans cet album, Arnauld Pontier imagine une légende sur l'origine des jardins japonais.
Le style, très proche des contes classiques, allie poésie, émotion, musicalité et les aquarelles de François Place illustrent avec élégance et sensibilité ce beau conte. Un coup de coeur.

Cécile Latry


LA VIE DES LIVRES

COMPTINES.FR
Juillet 2005

 Il y a très longtemps, dans l’ancien Japon, la jeune et jolie Senhimé, orpheline de mère, affronta la colère jalouse de son père, un redoutable maître des samouraïs. Amoureuse, Senhimé vivait au rythme de ses rencontres avec Takahisa, apprenti poète et chanteur de talent. Les jeunes gens se parlaient peu mais échangeaient, derrière une haie d’aubépines blanches, des chants qui déplurent fortement au père guerrier, lequel s’empressa de tuer son « rival ». La suite de l’histoire nous conte ce qu’il advint de Senhimé, comment le père affronta les terribles conséquences de son égoïsme et comment il « découvrit » le jardin japonais et son pouvoir protecteur…

Nous apprenons ainsi comme sont nés les petits jardins miniature, que l’on peut voir aujourd’hui dans beaucoup de maisons japonaises. Contenus dans des pots de terre cuite garnis de gravier, de plantes grasses ou d’un bonzaï et d’une petite figurine, ces délicats objets porteraient bonheur. Quant à la légende de leur naissance… Elle a été inventée de toutes pièces par Arnauld Pontier (avec le concours bienveillant de François Place aux images) ! Et c’est une jolie vraie-fausse légende que nous content ces deux auteurs amoureux du Japon. Dans cette histoire, il est question d’amour et de mort, de poésie et d’éternité : violence et délicatesse s’y côtoient, comme dans bien des contes japonais. Elle est  illustrée avec bonheur, dans le même esprit de référence / révérence à la tradition iconographique japonaise.  C.C.



CHOISIR UN LIVRE.COM

Mars 2005


Voici la légende de Senhimé, fille unique d'un redoutable samouraï. Au Japon, il y a très longtemps, une petite princesse tombe sous le charme d’un jeune garçon qui chante derrière une haie. Senhimé a perdu sa mère, à qui elle ressemble trait pour trait, ce qui provoque la jalousie de son père. Senhimé perd un jour sa gaîté car elle ne voit plus son gentil amoureux: il ne chante plus. Son père l’interroge et, en colère, lui interdit de revoir ce jeune homme. Cette interdiction provoque la mort de la jeune fille. En son souvenir, toutes les maisons japonaises ont, devant elles, un minuscule jardin dans un petit pot.

Quelle ravissante histoire que le récit de cette légende japonaise, écrite avec soin, pleine de poésie et de tendresse. On ne peut que tomber sous son charme et verser une larme à la fin. Le texte est écrit avec talent, ce qui rend la lecture à haute voix plaisante, comme la lecture silencieuse. De plus, il faut souligner la beauté des illustrations de François Place qui encore une fois nous offre un petit chef-d’œuvre. Un superbe petit album à la couverture épaisse permettant de l’emporter partout avec soi. L.I.


Et aussi...

UNIVERSAL
L'EDITO DE MONSIEUR ENFANT le 31 mai 2003

INSPECTION DE L'EDUCATION NATIONALE
CIRCONSCRIPTION DE LANNEMEZAN - 'Note de lecture n°1' septembre 2003

LE MARIN

VOYAGER SANS PARTIR août 2003

LE JDI

JOURNAL DES INSTITUTEURS ET DES PROFESSEURS DES ECOLES n° 1582

 


   

L'ornithorynque a été repris en page 42 du manuel scolaire de Français "Facette CM2", paru en mars 2007 aux éditions Hatier.

L'escargot et Prosper le loup ont été repris en pages 55 et 70 du manuel scolaire de Français "Facette CE1", paru en mars 2008 aux éditions Hatier.


 Ecouter et voir sur YouTube "L'ornithorynque"